Delphine VAUTE « Yvonne l’enfant château » septembre 2014

Delphine VAUTE « Yvonne l’enfant château » septembre 2014

A l’occasion de la sortie du roman, « Yvonne, l’enfant château », la galerie 3e parallèle consacre à son auteur, Delphine Vaute, une exposition personnelle.

Y sont présentés les planches originales du livre et des dessins inédits.

Ce livre, comme l’œuvre de Delphine Vaute est déroutant, tant par sa forme que par son contenu. Ni vraiment livre illustré, ni vraiment bd, il est composé d’illustrations, en noir et blanc et en couleur parfois accompagnées d’un texte sobre.

Les illustrations de Delphine Vaute, tout comme ses dessins ont une force de fascination propre. Delphine Vaute se concentre sur les personnages de son roman, la petite fille, le père ours, ou le jeune garçon, et délaisse volontairement l’environnement dans lequel ils évoluent. Elle laisse ainsi les blancs dans la page forcer notre imaginaire.

Ce livre nous livre une vision plus intime et personnelle de son œuvre, et nous plonge dans les réminiscences de l’enfance. Tous ceux qui ont passé des étés à la campagne, à jouer dans les cours des fermes y retrouveront des souvenirs perdus.

 

Le livre

Une petite fille y raconte ses souvenirs d’étés passés à la campagne avec son père, cloisonnée à l’intérieur du périmètre défini par le jardin. Elle ne s’ennuie pas vraiment mais laisse le temps s’écouler. Elle observe le vivant qui l’entoure et se construit un monde fantastique. Les expériences d’Yvonne sont aussi tintées d’une douce cruauté innocente, propre à l’enfance. Ce roman graphique nous rappelle inévitablement « les jeux interdits » de René Clément.

Feuilleter / acheter le livre

Retrouvez l’interview de Delphine Vaute pour Jetfm et découvrez sa jolie playliste : interview

Autres chroniques : Editions Vide Cocagne,  BodoïLa cause littéraire

L’exposition

Formée aux Beaux-Arts d’Angers, Delphine VAUTE est née en 1978, elle vit et travaille à Nantes.

Son travail interroge les souvenirs d’une enfance inspirée par la nature et imprégnée d’une cruauté dérangeante et troublante. Marquée par l’imaginaire des muséums d’histoire naturelle et des planches d’entomologiste et par l’univers plus sombre de Joel Peter Witkin, ses oeuvres graphiques, au crayon et feutre, mettent en scène des créatures dénaturées où s’emmêlent des êtres mi insectes mi enfants, et des animaux à la fois domestiques et sauvages, dociles et inquiétants.